Nans Peters

Le Samyn

27/02/18

27/02/18 - Le Samyn - 1.1 - 28 ème

Le Samyn est une course Wallone avec tout ce qu'il y a de plus typique. D'abord une zone avec un enchaînement de quatre petits monts dans la première partie en ligne longue de 100km. Ensuite, autant de kilomètres sur circuit.  Quatre tours où on y trouve des longs faux plats ventés et froid (il fait -2°C et -8°C de ressenti!) ainsi que quatre secteurs pavés par tour, respectivement de 1400m, 500m, 400m et 700m qui s'enchainent assez rapidement et proches de la ligne d'arrivée.
 
Au cours de la partie en ligne il y a d'abord eu une belle bagarre qui a un peu duré avant que 7 hommes dont Quentin Jauregui ne s'en aillent.
Derrière ce sont les Quick-Step qui ont pris les commandes du peloton. Nous savions qu'avec le fort vent présent toute la journée le risque de bordure est de 100%. Nous avions pointé le kilomètre 60 mais ici le peloton s'est tendu et c'est tout. Par contre 8 kilomètres plus loin un grand pont en faux plat et en légère courbe à rendu l'exercice beaucoup plus difficile, personne n'est protégé du vent : ça bordure! Les Quick-Step sont 7 sur un groupe de 10. Ainsi nous ne sommes pas les seuls piégés. Devant ça se regroupe avec Jauregui et le contre. Derrière personne ne prend vraiment la chasse en main, c'est un peu tout le monde un peu personne. L'écart tourne autour de la minute.
Sur le circuit final c'est du grand n'importe quoi! Avec le vent le peloton casse de toute part. À cela s'ajoutent les accrochages, les chutes, les 12 kilomètres de secteurs pavés... un course belge traditionnelle quoi! Pour ma part je subis la course plus que je ne pèse dessus. Je m'accroche mais je ne suis pas d'une grande aide pour mes coéquipiers.
Devant ça explose aussi, on reprend des coureurs.
Terpstra va s'impose en solitaire, Gilbert et Gaudin complètent le podium. Bagdonas et Denz ressortis entre temps terminent dans le contre 5 et 8ème.
Dans le dernier tour j'ai manqué de peu la chute avec un gros trou qui m'a fait descendre la selle, les poignées et cassé la roue avant. J'ai changé de vélo à la sortie des pavés, réintégré le premier peloton (une trentaine de rescapés) et termine dans celui-ci.
Heureusement, le GP Samyn était ma seule course belge du printemps. Ce n'est pas fait pour moi, il faut être né ici pour apprécier ce genre de course. On ne devient pas un flahute si on ne l'est pas à la base! Ce sont des courses de débile, toujours à fond, dangereuses, et peu plaisantes. Du moins pas pour mon profil sur le vélo, juste à la télé!
 
         crédit photo : Tim de Waele



Calendrier

Cliquez sur les mois pour afficher les évènements.

Archives